Sunday, December 23, 2007

باحة الاستراحة

En période d'orages, l'eau de l'océan est foncièrement bleue. Et l'autoroute d'un gris indélébile.
Ma compagnonne de route, Amy, pue le vin à dix mille kilomètres mais est d'une lucidité impressionnante. Elle m'amuse à pester contre "cha3b dial l'auto-stop", quand elle voit tous ces gens au bord de la route qui attendent, seuls ou en groupe, une voiture qui s'arrête, une pick-up, un autocar qui freine net. Et là pour l'eid, les passagers potentiels sont bien habillés, coiffés et attendent sous la pluie. Parce qu'il n'y a pas d'autre moyen.
Des enfants marchent dans le sens contraire à celui des voitures. D'autres dansent sur le pont d'Avignon et crachent sur les pare-brises. Je préfère la salive à un jet de pierres.
Un homme songeur étreint un mouton dodu en surveillant les autres. Un destin vous envoie à la rencontre d'un énorme couteau et vous dédie au sacrifice. L'autre vous dépêche dans les bras d'un grand moustachu. Le destin, oui.
Deux policiers en fin de shift attendent, chacun dans une direction, une compagnie de route de circonstance, une cigarette à partager, un vécu à égrener au fil des kilomètres, un espoir à retrouver en la race humaine.
Un employé d'entretien de l'autoroute avec son uniforme fluorescent s'amuse à faire quelques pas au bord, puis au milieu de la chaussée, comme un gendarme qui s'apprêterait à arrêter des voitures roulant trop vite. Et ça marche. Coup de frein chez les bolides. Sourire du bonhomme. Grisant pouvoir! Il poursuit son remake, tant qu'il y aura des kanbous.
Des Mercedes rutilantes vident leurs cendriers sur la route. D'autres (passagers de Mercedes rutilantes) recrachent des graines de pépites. De quoi booster l'indice national de développement humain. Les employés du péage se surpassent pour battre le record local du sourire-monnaie-ticket-feu vert. Un arc-en-ciel majestueux se dessine par-delà les vignes. Un grand écriteau vert invite à "l'aéroport de Benslimane". Une voiture de dépannage se fait dépanner. Des centaines d'oiseaux non identifiés plannent autour de la décharge de Aïn Harrouda. Un homme enturbanné fait son jogging. Des milliers d'automates tomobilisés s'engagent dans l'entonnoir du périph'. Et Amy de supplier de s'arrêter pour une pause pipi. Promis, la prochaine fois, je prends une caméra.

5 comments:

Safaa said...

J'ai commencé la lecture de ton billet dans ma chambre et puis soudain je me suis retrouvé à l'arrière de ta voiture. J'ai arrêté de lire, c'était plus la peine, je voyais tout défilé devant mes yeux.

Tu l'as déposé où Amy en rehab ou en prison?

Najlae said...

safaa, chez Mr Jones bien sûr :)

Hamida Lamèche said...

Salut NaJ'des routes...
tu as tout décrit à ma place mieux que je n'ai tout vU...
Un plaisir de te lire
Have no Fear

Najlae said...

hamida> c'est un plaisir de te recevoir, have no fear,batman is here

Onassis said...

Pas besoin de caméra, tes yeux sont là et ils racontent mieux ;)