Sunday, August 30, 2009

Season 4

Cette reprise est un véritable cauchemar. A peine habituée à l'institution du petit-déjeuner, aux insomnies permises et encouragées, aux déjeuners à 17h, à la déconnexion complète de l'actualité, aux abris de plage, à la non-navette, aux tongs portés 24h/24, au bouquinage aléatoire, aux ronrons spontanés devant les compétitions d'athlétisme, au semi-nudisme assumé, etc etc. Voici venue la saison des retours.
Mon retour, c'est d'abord l'attente du train dans cette charmante gare de Skhirat. L'été lui a été bénéfique puisqu'elle a été repeinte à la chaux. Mais personne n'a pensé au "côté jardin". Tous les jours, un peu plus de Raibi Jamilas et de bouteilles de soda jonchent la semi-pelouse bordant les quais.
Une fois à l'intérieur du train, le seul mot qui me vient à l'esprit est tze3lik, tant les tablettes sont grasseuses, les vitres embuées et les repose-tête absolument dégueulasses. Cette semaine, le train s'est -longtemps- arrêté à Bouznika, sans aucune explication, jusqu'à ce qu'un autre train quinquagénaire se gare sur l'autre voie. Les deux jeunes assis derrière moi ont emmené avec eux "leurs" coussins. Comme quoi, il n'y a peut-être que moi que ça dégoûte.
Taximan n°1 a toujours des coussins crasseux.
Taximan n°2 crache par la fenêtre.
Taximan n°3 se cure le nez pendant tout le trajet.
Commissariat n°5 flambant neuf.
Policier n°1 fait une boulette d'un brouillon de dossier et le jette par terre. Pas de poubelle en vue dans tout le bâtiment.
Policier n°2 parle au vieux monsieur qui-va-crever-sur-place comme s'il parlait à un rat domestique.
Policier n°3 essuie ses mains et celles du vieux monsieur de l'encre à empreintes digitales avec du papier bulle et en fait une énorme boulette qui rejoindra les autres bouboules.
Un trajet. Des trajets. Une foule qui se bouscule en continu. Une galaxie de hamsters endormis, comme moi. Les trois palmiers frères de Mohammédia. Un soleil de plomb et une soif en acier. Une tribu d'inconnus et de connus qui ne prennent jamais de douche. L'usine Cicalim et son odeur infecte. Un communiqué royal. Un chien qui dort. Un chat qui m'attend à 2h du mat. Un départ, des départs, vous en avez de la chance. Un passeport confisqué. Un champ de tournesols calcinés. Tes yeux. Des abeilles qui épousent des chebbakias. Des rêves turcs. Des regrets casaouis. Des projets rbatis. Wait, non, des rêves rbatis, inculqués au karcher, frottés au Mr Propre, avalés comme un médicament. Ma sitcom personnelle au Maroc, en saison 4.

10 comments:

Aïcha Akalay said...

Love it :) tu vois, quand tu veux... le train hier était sens dessus dessous : match FAR vs Raja :(

Anonymous said...

I like it ! Makaynch chi User Discretion is Advised ?

A

annouss said...

Mais il est bien ce billet :)

Najlae said...

Aïcha, ma pauvrette! j'aurais dû t'emmener à casa :(

A> user discretion à propos de...?

Annouss, lol

Najlae said...

A> aaah pr la sitcom? :) interdite aux moins de 16 ans

Anonymous said...

Je te retrouve et ta verve toujours aussi incisive et concise. Mwah,
Loula

Mohamed Said said...

J aime bien le rythme et le regard de ce billet. Le retour au quotidien, c est aussi le retour de ces details que l on avait presque oublie.
4 saisons au Maroc? C est presque un record de longevite :-p

(Dsl pour les accents, j ecris avec un clavier hollandais :-p)

Najlae said...

Loula,5 ans déjà que tu me suis,quel courage :) Mwah kbir

Mohamed saïd, wa mrahba alf mrahba. wayeeh 4 saisons, ma yejme3ha ghir lfoumm!! sellem 3la holanda

Anonymous said...

Najlae,

Pour quelqu'un ayant vécu aux US, tu en as mis du temps :)

I like the pictures.

A

Najlae said...

A> je suis lente à la détente :)
Glad you like the pictures