Tuesday, May 16, 2006

D-Day, compte rendu

Alors, commençons par le commencement:
il y a eu un "avant", où on pensait à la robe de la graduation, le coiffeur où on va passer avant la cérémonie, le massage qu'on va s'offrir pour arrêter de se plaindre de notre dos aux mille noeuds, la limousine, le bouquet de fleurs, la sortie, etc etc.
Au lieu de ça, il y a eu: le portable perdu (toujours et encore et reperdu depuis et retrouvé), une douche rapide le matin et les cheveux plaqués sous la toque, une jupe enfilée en vitesse et un top tiré d'un tiroir, une précipitation catastrophique, un ratage de bus, un taxi introuvable, une copine de classe repérée au volant de sa voiture, un criage au secours, une course effrénée vers les escaliers, et surtout, surtout, surtout un énoooooooorme bouton de fièvre sur la lèvre inférieure, éruption imprévue.
Mon père: "tu vas mettre un sparadrap?" :(
Si seulement ça avait été dissimulable sous un sparadrap. Bien entendu, les dix mille photos prises ce jour-là avec la meilleure résolution montrent l'herpès en question taille nature. J'aurais aussi bien fait de me mettre une croix en scotch comme Nadia Yassine à son procès et feindre une inquiétude pour la liberté d'expression dans le monde.
Bref, nous voilà dans le "courtyard" de ma superbe école. Il fait beau, les parents sont mchiykine et les rejetons souriants. Je me souviens que j'ai raté le ptit-déj pour 2 minutes supplémentaires de douche. Je me cache derrière Leah pour grignoter un Snickers pendant que le doyen commence son discours. Soudain, j'entends le doyen dire: "bla bla hier, bla bla en parlant à une de nos étudiantes du Maroc, flane flana, je lui disais que l'avenir pour un journaliste, c'était bla bla" et bien sûr, tous mes amis se tournent vers moi, alors que je suis penchée en avant la bouche pleine de chocolat. Très classe la Naj!
Pour résumer: je n'ai pas pleuré. Je n'ai pas très bien écouté les discours parce que je pensais aux gens importants dans ma vie et que je pensais à ma vie tout simplement.
Berkeley, c'est fini. Mais qu'est ce que c'était bien.

15 comments:

dima said...

Tu es toujours classe, Najlae, meme avec ton snickers et ton innocent bouton...

Sincéres félicitations et Merci pour le partage.

db said...

Emouvant ... même avec un snickers qui colle entre les dents et qui, sous l'effet de la grosse bouffée de chaleur, dégouline sur le bouton de fièvre inopiné ... A cette phrase, "Berkley, c'est fini" ... je t'ai vu sur le quai de la gare d'Agdal sur le point de partir à Strasbourg, il y a de cela quelques années. Il t'aura fallu beaucoup de courage, mais voilà, tu l'as fait. Mille bravo ptite soeur.

Alae said...

Comme à ton habitude, tu excelles dans la narration des moments historiques comme celui que tu viens de vivre.
Félicitations du fond du coeur et je te souhaite pour toujours tout le bonheur que tu mérites.

Ghita said...

Félicitations Najlae. Post quelques photos de ce dernier jour please :)

ayoub said...

waaaaaaaaa
les gens sont rapides

Je suis très content pour toi :)
J'attends que tu sois de passage pour que je te fasse un gros bisous bien mouillé :p

Félicitation Naj!


Ayoub...

la chevre said...

Hello ma Nounouj
Félicitation ma chérie,
Reste a savoir ou tu sera les prochains mois car tu me manques bcp
Gros bisous

Larbi said...

émouvant, c'est le mot!
sur la tête de ma mere tu dechires Najlae :)))
mabrouk et surtout changes pas, restes comme ca: une gamine adorable.
mouah.

Lamirose said...

Félicitations Najlae, je veux voir une photo de toi avec la fammeuse tenue de "Najiha"...mabrouk et que le meilleur soit au rendez vous pour ta nouvelle vie !!!
Mille corbeilles de bisous

chefrouge said...

Les choses ne se passent jamais comme on voudrait...et tant mieux parce qu'elles sont peut-être plus belles comme cela. T'aurais rêvé d'un mariage bouton-chocolat que tu l'aurais pas réussi. La photo please, pour la postérité.

Oussama & Hamida said...

sincèrement cette note doit figurer dans une sorte de Best Of Wellah.
Bravo tu fais pas les choses à moitié et même la vie un jour te remerciera de la traiter differement. C'est ton charme. Big félicitacioun. Chapeau Najlae.
hmm..
..çà s'arrose !

Najlae said...

dima> merci! mais le bouton n'avait rien d'innocent mais plutot une effrayante monstruosite! wllah!

DB> merci ptit frere. mwah. (yallah,mon jumeau,te fache pas).

Alae> mankounou m3ak inchallah ou chi phd. ma reussite est la votre a vous tous.

ghita> Ok! laisse moi le temps de "photoshoper" le bouton de fievre :)))

ayoub> chefti! tu t'es fait doubler,toi ki commente tjr le premier. a bientot :)

kniza> htta ana twehechtek al ktikita diali. hate de te voir,sans bouton de fievre :p a bientot ma puce

Larbi> sur la tete d'ma mere que suis toute "emotionnee" de lire ca venant de toi. big mouah.

lamirose> bientot ds ta boite email. plein de bisous!

chefrouge> ouais,"c ptetre mieux ainsi" :))

Oussama> mirci! Arrosons! on partage une bouteille de champouane? :)))

Onassis said...

Félicitations. C'est la fin, mais aussi le début...

Lady M said...

je te le redis encore : Mbarek Messaoud !
Et t'en fais pour les plan chics qui foirent.
J’avais acheté moi aussi un tailleur pour l’occasion. Je l’avais emmené à la teinturerie pour repassage après quelques semaines dans un placard surpeuplé.
Je suis partie le chercher à moto avec une copine derrière, l’inénarrable Inès. Elle portait le cintre avec le tailleur dessus. J’arrive à destination, je trouve la veste et pas de pantalon.
Et Inès qui fait : « Oh merde

kamal said...

Congratulations Najlae. bon courage pour la suite.

ayoub said...

hey tu es où?