Tuesday, October 17, 2006

Sens unique

J'ai envie de parler d'amour. Dieu m'envoie des fantômes de toi dans des lieux improbables, peut-être pour tester ma capacité d'endurance en ce sacré mois. Je secoue la tête sans raison. C'est peut-être l'hypoglycémie qui cause des hallucinations en plein jour. Dans le recoin d'une administration, un gros sachet en plastique noir s'est transformé dans mes yeux en un homme en djellaba foncée, tournant son dos au monde. Avant, je pensais que c'était une question de naissance, ou de premières années: on est ou on n'est pas heureux de vivre. On est ou on n'est pas bon. Il n'y a que deux races d'humains dans le monde. Je me disais qu'il ne fallait pas faire d'efforts avec ceux qui n'en font pas pour être "bons". Quelle idée idiote. Je pense réellement qu'il faut arrêter de faire lire aux enfants des contes avec des morales à la fin. On se retrouve un peu déséquilibrés face à la réalité, plus tard. J'ai toujours en tête le visage de Raouf en pensant à ça. Raouf, c'est la bonhommie incarnée, le mec qui vous donne envie de prendre le train tant sa sympathie et son sérieux sont une fierté pour l'ONCF. Il vous sourie en vous poinçonnant votre ticket, il met du déodorant en été. C'est un "mardi", un mec bien, un mari idéal, si ce n'était son salaire bien sûr.
Raouf, c'est le mec qui n'aime pas les injustices, mais qui ne se plaint pas.
Un jour, en faisant sa ronde dans le train, à l'affût de clandestins, il découvrit deux gosses, des adolescents, qui avaient embarqué à Mohammédia et s'étaient accrochés à l'arrière du dernier wagon, espérant un voyage gratuit jusqu'à Rabat. Lorsque Raouf les vit, il montra son visage le plus sévère. Les gosses, le visage collé à la vitre, les vêtements presque arrachés par le vent, faisaient signe à Raouf de les épargner, les clandestins recevraient des raclées inoubliables de certains contrôleurs incrontrôlés. Il se passa un moment ainsi, Raouf menaçant d'ouvrir la porte, les enfants suppliants sous le regard d'un cheminot qui fumait en souriant, le tout dans la cacophonie de la locomotive. Raouf finit par éclater de rire à la vue de toutes ces supplications. Arrivés à Bouznika, ils durent attendre l'arrêt complet du train. Raouf ouvrit la porte et leur dit qu'ils pouvaient filer de l'autre côté. Au moment où les enfants commencèrent à courir vers la gare, en se retournant pour sourire à Raouf, ils furent fauchés par un train venant dans l'autre sens.
La vie de Raouf bascula. Je ne saurai dire si la fracture se comblera un jour. Tout ce que je peux dire, c'est que Raouf ne sourie plus. Il a basculé dans l'autre race, celle de ceux qui ne sont pas heureux de vivre, alors qu'il était né dans celle des prétendus "bons", ceux qui font des faveurs qui arrachent des vies. J'espère qu'il a des hallucinations comme moi, pour voir l'amour quelque part, à nouveau, même dans un sac en plastique noir.

11 comments:

Lamirose said...

...il est 9h30, je suis au bureau. J'ai lu ton post et je suis bouleversée de bon matin...c'est dramatique...ça me rappelle qu'une fois les portes du train ce sont ouvertes sur le côté chemin de fer et les gens se sont "jetés" du train...même ma mère et moi car pas moyen d'ouvrir l'autre porte...la marche étant très haute, moi j'ai sauté mais ma maman à rater la marche et est tombée ...j'ai eu la peur de ma vie!! c'était inconscient, dangeureux, risqué...bref tout ce que tu veux.
bizz

charif said...

:)

nadia said...

C'est trop injuste la vie!!!!! tu m'as fais leurer najlae...

docteurho said...

je ne peux pas commenter cette histoire directement, car je suis bien incapable, émotionellement, de tirer des conclusions, mais je te dirai que tout sens unique finit par rejoindre la grand-route.. Keep Walkin ( pas johnnie !! ;p )

docteurho Admiratif!

Loula la nomade said...

Bonjour Beauté,

Comme quoi nos vies peuvent basculer d'un moment à l'autre. Si ce nèest déjà fait, cours à la libraire la plus proche et paie-toi le plaisir de lire Yasmina Khadra dans son tout dernier Les sirènes de Baghdad. Voilà un écrivain de talent, absolument superbe !
Big mwahs

Najlae said...

Lamirose> salut ma puce,désolée,je ne voulais pas réveiller de mauvais souvenirs! grosses bises

Charif> hadchi kay de77ek?

nadia> i'm sorry :((( a lalla c juste une fiction,nssay!

dr Ho> mwa j'l'aime bien,la route à johnny :))

Loula> je viens de voir la pub du livre,je ratera pas l'occaz de le lire ASAP. Gros MWAHS loula! xoxo

hisniper said...

MAbrouk l3wacher Antipatik adorée ..

Euh !ton texte me rappelle une chanson de "Grand corp malade" : les voyages en train ..

J'crois que les histoires d'amour c'est comme les voyages en train,
Et quand je vois tous ces voyageurs parfois j'aimerais en être un,
Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare,
Pourquoi tu crois qu'on flippe autant d'arriver en retard.

Les trains démarrent souvent au moment où l'on s'y attend le moins,
Et l'histoire d'amour t'emporte sous l'oeil impuissant des témoins,
Les témoins c'est tes potes qui te disent au revoir sur le quai,
Ils regardent le train s'éloigner avec un sourire inquiet,
Toi aussi tu leur fais signe et tu imagines leurs commentaires,
Certains pensent que tu te plantes et que t'as pas les pieds sur terre,
Chacun y va de son pronostic sur la durée du voyage,
Pour la plupart le train va dérailler dès le premier orage.

Le grand amour change forcément ton comportement,
Dès le premier jour faut bien choisir ton compartiment,
Siège couloir ou contre la vitre il faut trouver la bonne place,
Tu choisis quoi une love story de première ou d'seconde classe.

Dans les premiers kilomètres tu n'as d'yeux que pour son visage,
Tu calcules pas derrière la fenêtre le défilé des paysages,
Tu te sens vivant tu te sens léger tu ne vois pas passer l'heure,
T'es tellement bien que t'as presque envie d'embrasser le contrôleur.

Mais la magie ne dure qu'un temps et ton histoire bât de l'aile,
Toi tu te dis que tu n'y es pour rien et que c'est sa faute à elle,
Le ronronnement du train te saoule et chaque virage t'écoeure,
Faut que tu te lèves que tu marches tu vas te dégourdir le coeur.

Et le train ralentit et c'est déjà la fin de ton histoire,
En plus t'es comme un con tes potes sont restés à l'autre gare,
Tu dis au revoir à celle que tu appelleras désormais ton ex,
Dans son agenda sur ton nom elle va passer un coup de tipex.

C'est vrai que les histoires d'amour c'est comme les voyages en train,
Et quand je vois tous ces voyageurs parfois j'aimerais en être un,
Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare,
Pourquoi tu crois qu'on flippe autant d'arriver en retard.

Pour beaucoup la vie se résume à essayer de monter dans le train,
A connaître ce qu'est l'amour et se découvrir plein d'entrain,
Pour beaucoup l'objectif est d'arriver à la bonne heure,
Pour réussir son voyage et avoir accès au bonheur.

Il est facile de prendre un train encore faut il prendre le bon,
Moi je suis monté dans deux trois rames mais c'était pas le bon wagon,
Car les trains sont capricieux et certains sont inaccessibles,
Et je ne crois pas tout le temps qu'avec la SNCF c'est possible.

Il y a ceux pour qui les trains sont toujours en grèves,
Et leurs histoires d'amour n'existent que dans leurs rêves,
Et y'a ceux qui foncent dans le premier train sans faire attention,
Mais forcément ils descendront dessus à la prochaine station,
Y'a celles qui flippent de s'engager parce qu'elles sont trop émotives,
Pour elles c'est trop risqué de s'accrocher à la locomotive,
Et y'a les aventuriers qu'enchaînent voyages sur voyages,
Dès qu'une histoire est terminée ils attaquent une autre page.

Moi après mon seul vrai voyage j'ai souffert pendant des mois,
On s'est quitté d'un commun accord mais elle était plus d'accord que moi,
Depuis je traîne sur les quais je regarde les trains au départ,
Y'a des portes qui s'ouvrent mais dans une gare je me sent à part.

Il parait que les voyages en train finissent mal en général,
Si pour toi c'est le cas accroche toi et garde le moral,
Car une chose est certaine y'aura toujours un terminus,
Maintenant tu es prévenu la prochaine fois tu prendras le bus.


oé c' vrai .. suis d'acc avec ce ke tu pense mnt

Foulla said...

don't know what to "say"!!!

antiphon said...

Pour les esprits libres : un nouveau blog sur le Maroc, la liberté d'expression en général, des vidéos (que certains s'empresseront de trouver choquantes) des analyses sur les comportements marocains.... et pleins d'autres choses encore... à découvrir sur :

http://casablancasylum.blogspot.com/

Sun Li said...

oh God.. I wished fiction was crueler than reality on that one, but I know it's a false hope.

Hicham ex Cairo said...

Comme quoi l'instinct qui nous pousse vers une premiére décision est souvent la bonne voie ...