Thursday, January 17, 2008

Back in shape

J'ai mal. Très mal. Je suis courbaturée dans le sens le plus complet et le plus douloureux du terme. Je rêve d'un Big Mac bien fromagé voilà déjà plusieurs jours. C'est le moment idoine de parler de ma nouvelle activité, la plus triviale et la spéciale 2008, j'ai nommé: le sport.
Ca faisait longtemps. Trop longtemps. Mais il fallait bien se jeter à l'eau, vu notre condition physique assez mmh délabrée.
Jour 1. Miss K. à la rescousse pour le baptême. Avant son arrivée, je vainc ma timidité de bleue et me décide à aller courir un peu, sur le tapis, cela va sans dire, dans la salle 100% femmes. Une dame marchant à côté de moi me demande si ça ne me dérange pas qu'elle change de chaîne (car bien sûr, il y a un écran plat en face pour nous faire oublier la peine). La télé était sur Eurosport. La dame zappe vers la fabuleuse deuxième chaîne nationale pour suivre son feuilleton égyptien préféré. Et je vous jure qu'elle s'est bien dépensée après. Elle a conscienceusement mâché son chewing-gum, les yeux fixés sur l'écran, pendant une bonne heure.
Miss K. arrivée, on s'aventure dans un cours baptisé "fit combat". Super. J'ai de l'énergie à revendre et plein de stress à évacuer. Y a plein de monde, de toutes les couleurs, de tous les styles et de toutes les modes. Emerge un sosie de "The Rock", cheveux noirs jusqu'aux épaules, débardeur noir ultra-moulant et khaki militaire. On se presse autour de lui. Les femmes frétillent (je n'exagère pas) et les mecs tendent la main à l'"exemple qu'on veut tous être". La star sourie et, sur son podium, murmure un "theeeee kiiiing isss baaack". Le cours commence. En face de moi, le profil "première de la classe". La sportive par excellence, les muscles sculptés au millimètre, la queue de cheval impeccable, elle connaît les mouvements par coeur, elle fait même de l'anticipation. Woaw. A ma droite, un petit gars tout de rouge vêtu -que j'ai baptisé le petit chaperon- et dont le short est- sans rire- probablement plus court qu'un caleçon, qu'un boxer même. Lucky him, il n'est pas du genre poilu. Alors lui, c'est le fan absolu du Master et il l'applaudit à chaque fin de mouvement. Le groupie côtoyant l'idole, le sourire jusqu'à la fin du cours, le "yeeeah" de circonstance, les sifflements. Le package du fana, quoi.
Derrière moi, un monsieur dodu qui me fait sentir moins nulle. Un visage ami. Un sauveteur, quoi.
Le prof parle surtout en Anglais, ai-je cru comprendre. Je me gratte la tête lorsqu'il dit: "put your hand in my hand and i'll show you the way". J'ai compris plus tard que c'étaient des paroles de chanson, car le maître fait tout le cours synchro avec la playlist de son ipod. Chaque mouvement, chaque sourire, chaque gonflement des quadri, que dis-je, quinticeps, est renforcé par des quintaux de décibels harmonieux. Derrière le petit chaperon, deux inséparables amies, "à la vie à la mort", même marque de sportswear, brushing éclatant, sac Dior à portée de main, "sait-on jamais". Re-grattage de tête.
Le cours s'enchaîne dans une anthologie de mouvements de boxe thai. Je rêve d'un contenaire de ventoline dans lequel je plongerais la bouche ouverte et les narines en éventail. Vite, mon Sidi Bezbouz! Mes pores ruissellement, mon ventricule droit touche mon palais et le prof gueule: "Agilité, Puissance, Force!" Et les fans gesticulent, crient, applaudissent, frappent dans le vide un ennemi invisible. Et moi de me joindre à la furie collective, dans une sorte de coma ultra-vitaminé où plus rien ne compte: ni les cheveux qui se balancent, dans la transe de groupe, ni les strings qui dépassent, ni les lunettes embuées, ni les muscles du prof qui semblent de plus en plus gros, encore plus gros, toujours plus gros. On ne voit que ça, on ne veut que ça, ouster ces ch7imates dessensuelles et si indignes des esclaves de perfection que nous sommes devenus, malgré nous.
Ainsi, ce cours de fit combat est devenu mon nouveau rendez-vous incontournable, tant et si bien que j'ai délaissé mes anciennement adorés cours de step, donnés par un autre master, plus heu absorbé à regarder son reflet dans le miroir en faisant ses pirouettes, qu'à nous expliquer les mouvements. Mais ça, c'est une autre histoire. Vivement la prochaine raclée!

8 comments:

Mehdi7 said...

Najlae à la salle de sport :-p On devrait en faire un sketch, je trouve ça vraiment passionnant.
Micro société à la recherche du paradis perdu de la perfection physique... 10 mois d'efforts pour les exiber sur une plage durant de courtes vacances d'été :-p

Sinon, lorsque j'étais à Tanger, je m'étais enquis d'une salle de sport, et j'en ai trouvé une pour 100 dirhams par mois dans mon quartier. Des affiches de Bruce Lee et de VanDamme sur les murs fissurés, des tapis dans un état moyen, des poids et des altères un peu rouillés...
Si on était vacciné contre le tétanos, c'était tout à fait acceptable ^^

Anonymous said...

la frimeuse, la peureuse qui manque de confiance en elle à cause de son physique bourré de cellulites, celle qui daigne à peine regarder les autres trop nulles à ses yeux...Que de profils dans ces salles de sport! je me rappelle que je passais mon temps à traquer les moindres mouvements de ces dames en mal de représentation...
A la fin, je me suis rendue compte que je faisais plus du sport avec ma tête qu'avec mes muscles. Alors j'ai laissé tombé!

nadia

Najlae said...

mehdi7, ana hia le sketch :-p
qui a dit ke ct pr exhiber quoi que ce soit par la suite? Hein? non monsieur! on épargnera les foules déchaînées la vision de notre taille de guêpe :p :p :p
Chouf,une salle de sport qui n'a pas de poster de Bruce Lee ne se respecte pas. mais le tétanos! :s heuuuu!!

nadia,et tu as laissé tomber à cause de ça??? de toute façon franchement tu n'en as pas du tout besoin! :D

SABA said...

@Najlae, pas mal du tout ce post, vraiment!! j'avais (note bien le temps utilisé ;)) 2 moniteur, l'un petit de taille, mais très musclé, avec bcp d'humour et qui vs donne envie de faire de l'exercice puisque vos abdos se musclaient tout seuls à force de rire ;) et l'autre grand, brun, fort, musclé et chalawlakh, tellement chalawlakh que je n'arrivais plus a me concentrer :D

Mais bon, tout ca n'est qu'un souvenir maintenant, tu devrais essayer les cours de salsa ou le tango aussi, je crois que tu trouverai plein de chose a raconter!!

Bizz ma belle!!!

Ibn Kafka said...

Quand je te lis, ça me confirme dans mon option "vélo d'intérieur à la maison"...

Najlae said...

IK, ça c'est pour les gens disciplinés. i give up easily when i'm working out alone. c'est bien de pas avoir à subir un cours/prof/meute enragée.

Najlae said...

saba, j'attends ton post sur "dernier tango à rabat" :) xx

SABA said...

@Najlae: faudrait ke je m'y mette d'abord!! et Gosh!! I wanna do that!!

Kisz