Wednesday, June 16, 2010

Aïe technology

Après des mois de disette, j'ai un nouvel ordinateur. Neuf, beau, grand, avec des touches qui ressemblent au mac (snif), un milliard d'espace de stockage, une imprimante sans fil, bref, le bonheur d'une créature connectée. Sauf que voilà, je n'ai pas envie d'y stocker quoi que ce soit. Même pas transférer de photos, même pas de musique, même pas de documents XYZ d'avant. Rien. Il n'y a sur le bureau que les dossiers des dernières photos téléchargées, les vacances, les évènements, l'instant. "L'instant, c'est tout ce qui compte", m'a dit Rouicha, ses yeux enfoncés dans les miens, lumineux car aveuglés par la minette, citant Ilia Abou Madi. Les deux ensemble ne peuvent avoir que raison. Moi qui donne trop de valeur à un cahier de souvenirs de sixième, des petits objets insignifiants, des lettres devenues transparentes, basta. Les données attendront une crise de nostalgie. Même ma musique, à laquelle je tiens tellement, je n'en peux plus de l'écouter. Mes oreilles savourent avidement la playlist de Durrell, fraîche comme une eau de cologne.
J'ai l'impression d'étouffer dans ce Maroc. Ce sentiment est constant, quel que soit l'endroit, la ville, l'occasion.
Ces dix derniers jours, je couvrais le festival de Fès des musiques sacrées. Pareil: peu de plaisir avec les spectacles. L'irritation habituelle aux égards zélés donnés à certains, surtout ceux avec des passeports bordeaux, des égards souvent injustifiés pour certains. La colère de l'amateurisme avec lequel sont gérés tellement d'éléments, dont la sécurité. L'abjection de certains comportements d'un personnel sensé vous faciliter la vie. Le désespoir de voir tant de misère, dans la médina surtout. La vue de tant de vieillards -aveugles, handicapés, séniles- qui devraient être sur les Champs-Elysées fassis à siroter un jus d'orange bien frais, pliés en deux à balayer les rues, vendre des souvenirs -au mieux- ou à mendier péniblement, m'ôte le charme de toute ballade. Ce pays baigne dans la misère. Si elle n'est pas matérielle, elle est humaine, intellectuelle.
Même dans un pays comme l'Ouganda, j'ai été complexée de voir que chaque pâté de cabanes avait son école primaire ET son collège, que des crèches existaient à chaque coin de rue, que le service dans les hôtels et les restaurants était irréprochable, parfait.
Bien entendu, chaque pays a ses problèmes, ses points forts, je ne dis pas le contraire. Mais un Maroc sans misère et avec plus d'enfants dans des écoles comme il faut, qu'est ce que ce serait bien...Avec ou sans festivals cinq étoiles.

9 comments:

simo s non man s land said...

" Le désespoir de voir tant de misère, dans la médina surtout. La vue de tant de vieillards -aveugles, handicapés, séniles- qui devraient être sur les Champs-Elysées fassis à siroter un jus d'orange bien frais, pliés en deux à balayer les rues, vendre des souvenirs -au mieux- ou à mendier péniblement, m'ôte le charme de toute ballade. Ce pays baigne dans la misère. Si elle n'est pas matérielle, elle est humaine, intellectuelle."
tres tres bien ecrit ... mais tres dur a accepter.

Fankach said...

Etonnement forte dans ta fragilité!

Anonymous said...

Il est des fragilités causées par la nutella mais consolidées par lharcha !

http://www.leparisien.fr/societe/l-abus-de-nutella-dangereux-pour-la-sante-28-06-2010-981047.php

moul mahlaba

Najlae said...

simo> unfortunately c'est une réalité qui s'impose à nous,qu'on l'accepte ou pas.

Fankach> j'essaie de tenir! mais je fais un rejet :)

moul mahlaba> j'ai arrêté le nutella. mais lharcha,jami.

Mohamed Saïd said...

J'adore ce texte la lucidité et la fragilité qui en émane. Tu es encore et toujours humaine Naj ;-)

Najlae said...

MS> suis surprise,vraiment, que vous y voyiez de l'humanite :P Boussa al katib

Anonymous said...

Pour égayer le décorum. Try this U2 c'est fés toujours.
http://www.youtube.com/watch?v=Yi52HjJbwVQ
Kifaach?

sami said...

Bravo,
ça c'est du journalisme objectif !!

latrace said...

"Au Maroc nous vivons grâce aux emprunts, et certains sont heureux d’obtenir un financement de l’ambassade de France pour promouvoir des activités culturelles. Mais n’est-ce pas là une insulte à un pays qui possède les moyens de dépenser des millions de dirhams pour des activités superflues que de ne pas être capable de trouver quelques milliers de dirhams pour financer une réunion de ce genre? Non point que je sois contre la coopération, mais quand vous adhérez à une société d’emprunt, vous calquez les formes et les modèles des autres. Vous n’empruntez pas seulement la langue, mais aussi le signe et l’image. Or, l’image trahit.Elle vous trahit quand elle ne fait pas partie de vous-même. Cela saute aux yeux et choque." dixit Elmandjra...Ach khassak à l3aryan? les festivals cinq étoiles à Moulay!