Sunday, June 03, 2007

Escales

A Taza, la première chose qui m'a marquée était l'air pur. La seconde: l'organisation d'une conférence nationale sur les entorses du genou chez les sportifs. Je me suis dit que cette ville avait forcément du potentiel. On m'a parlée d'une source d'eau naturelle encore plus pure que l'air mais je n'ai pas eu l'occasion d'aller à sa recherche. Mais j'ai fait la rencontre d'un monsieur au coeur immaculé. Un grand-père comme on voudrait tous en avoir, un monument de gentillesse et de douceur qui sera mon repère pour un bout de temps. Comme quoi il me faut si peu d'indices pour rejoindre le fan club d'un Gandhi local.
A Taza, mes cerises n'ont pas été asphyxiées par un pesticide. Mes papilles en remercient les autorités agriculturales du coin.
Ma chambre d'hôtel donnait sur une immensité d'arides monticules. De l'autre côté, une famille d'oliviers bordait le chemin de fer. Vers trois heures du matin, le passage en fanfare du train en direction d'Oujda m'a donnée de nouvelles -et solides- raisons de le détester pour l'éternité.
La route de Marrakech était ponctuée de commentaires sur la nouvelle autoroute. Son prix, son parcours, ses aires de repos inexistantes. Il faisait chaud. Ismaïl rêvait de bières glacées, de camping sur une falaise, de collection de bouchons dans le sable, d'orteils à l'air, de fraîcheur, de fraîcheur, rien d'autre. Je n'aurais pas dit non si ce n'était ce planning d'homme d'affaires japonais. En chemin vers nos interviewés pleins de charme et de talent, nous avons dû affronter l'horreur qu'est la circulation à Marrakech (quel courage, ces journalistes, quelle abnégation), faire un check-up complet du menu de Bejguendi, Ouazzani et confrères, entendre un millionième gosse crier "Studio 2M!!!!", saluer un énième gendarme, nous gourer à une centième intersection, sortir un brillantissime sourire d'excuses à notre invité, pour enfin savourer le plus puissant des bonheurs de cette profession: la rencontre de gens de qualité.
Reprise des hostilités demain.

4 comments:

Onassis said...

J'aime ce texte...

Avoue que je ferai un bon critique :)

Najlae said...

critique mkhiyer galak!
avoue que je ferais une bonne critique du critique :))

Onassis said...

Bof, ca laisse a desirer : manque d'objectivite..:)

Najlae said...

ouais bien sûr, comme si toi, tu étais le roi de l'objectivité.. :p