Saturday, October 27, 2007

Wake up Alone

Il a bruiné longtemps hier, comme pour nous signifier qu'on n'est pas près de voir le bout du tunnel. Et pourtant ce matin, le soleil a fait reculer les couvertures. Les chats se prélassaient dans l'herbe. De quoi me faire oublier qu'il y a quelques heures, je pensais être chaque eucalyptus qui perd ses feuilles, chaque bateau en rade, neither here, nor there, le spectateur indifférent planté face à une toile, un fan de musique sourd, un tamiseur d'oueds en crue.
Il y a des chances qui s'offrent à nous sans rien demander. Et d'autres qui ont justement été méritées car on n'a pas gratté à la porte.
Je renais.

4 comments:

Imane said...

t'as jamais été morte de l'émotion, même face à un eucalyptus qui perd des feuilles t'es pas indifférente, suis épatée par ton éveil vis-à-vis de ce qui t'entoure.
très bon week week Najlae
bisouilles

Najlae said...

imane, et moi je suis épatée par ton lyrisme de tous les jours. Je kiffe ton calumet!
Très bon weekend à toi pupuce
xoxox

nasamat said...

Je te parlerai de ces rois
Qui ont subitement tout quitté
Dans leurs châteaux
Pour aller vivre dans les prairies
Avec leurs amours chéris.
Je te parlerai d’Alexandre et Roxane
Je te parlerai d’Abla et Antar,
De ces paysans et paysannes
Dont l’amour était art,
Et que les jeunes du désert
Chantent à la flûte sur la route
Des caravanes!

Extrait du poème, "Des mots". Voir blog

Lato sensu said...

Pour mettre un commentaire sur ce post aux allures au cas luptus! j'ai dû écrire ZNFZBT, pour les besoins de la vérification des mots, je l'ai fait , mais je tiens à le souligner.

Mais maintenant en s'en fout du commentaire...