Friday, September 02, 2005

Message privé

Honnêtement, je ne me rapelle plus des deux derniers jours qui ont précédé mon retour aux USA. Je me souviens seulement de la grande confusion, dans mon petit cerveau et des mille et une choses que j'avais à faire. Je sais aussi que j'avais prévu d'aller à Casa dire au revoir à deux personnes, mais que l'après-midi est vite passé et que, dans l'état où j'étais, les adieux allaient être particulièrement humides. Bref, ça m'arrangeait un peu de m'enfoncer dans la réflexion de combien de chebbakia et quelles paires de chaussures je vais laisser au Maroc pour ne pas me faire taxer au check-in pour overweight (j'ai de l'expérience dans ce domaine! On ne m'y reprendra plus). Le bouclage des valises s'est fait vers 2h du matin, maintenant que j'y pense.
Pour résumer: pardon aux deux personnes qui sont à Casa et qui comptent pour moi. Et, oui, "the lack of goodbye is not more painful than the pain itself".

4 comments:

Amud o'awal said...

:)

chefrouge said...

Yes but maybe saying clearly goodbye can sfoten the pain of the goobye. T'as pas dis au revoir à deux personnes ? C pas grave. email leur quelque chose de gentil

Anonymous said...

Chef rouge je suis sur que tu as cru bien faire en conseillant Najla, mais ces ce non good bye te depasse un peu:)))

L'une des des 2 personens

chefrouge said...

Chef rouge : Monsieur est un averti puisqu'il est l'une de ces deux personnes, mais monsieur semble oublier que nous sommes sur un blog et le commentaire est le bienvenu. Prend une identité mon pote et éclaire nous, toi qui sait (ou qui sut ?).
(P.S. : Najlae s'écrit avec un e à la fin)