Friday, September 09, 2005

Mon voisin Richard

Richard etait un drôle de bonhomme qui vivait au-dessus de chez moi l'année dernière dans cet horrible bâtiment sur l'avenue des frats et des sororities. Il est grand, blond avec des yeux bleus. Je crois me souvenir qu'il vient de l'état de l'Utah, d'une famille de mormons de plusieurs enfants. Richard est un peu gauche, un peu bizarre, voila, c'est le mot. Lubna l'appelait "the weirdoo". Il a vraiment le profil d'un malade, je suis peut-être, sûrement paranoiaque. Toujours est-il que c'est lui qui m'a aidée le jour où j'ai trouvé un serpent dans ma chambre. Il n'a pas voulu le tuer, il se dit buddhiste.
Berkeley est pleine de ce genre d'énergumènes végétariens, qui travaillent pour des compagnies d'internet, fument du shit et jouent de la musique tard la nuit (la ville parfaite?). Mais je n'appréciais pas réellement qu'il fasse son entrainement de tai-chi en face de ma chambre a 7h du matin, même si ce n'était pas de sa faute si je vivais en face du parking.
J'ai remarqué que Richard exprimait un interet rare pour un Americain pour ma personne. Ca m'a pris une semaine de le convaincre de faire un petit-dej au lieu d'un diner pour moi. Il a eu mon email en cherchant sur le site de l'école et jetait même un oeil a mon courier de temps en temps. Avant mon départ pour le Maroc en décembre, il m'a même offert un livre de Mohamed Mrabet en anglais.
Parfois, Il voyait la lumière chez moi et venait "m'inviter a prendre un thé dans la cuisine commune". Il me retenait pendant des heures en me racontant des trucs, ses aventures en Chine, son histoire avec son ex, et en fait, j'avais un gros problème: je comprenais peut-etre 25% de ce qu'il disait. Pas plus. Il parlait vite, très vite, avec des pics de volume dans la voix et des rires nerveux, presque louches. Non, souvent louches. Je l'ai évité comme j'ai pu, ai ignoré ses coups de fils, n'ai pas repondu à ses emails, l'ai bloqué sur messenger.
L'autre soir, je dinais avec K. sur Telegraph Ave. Je l'ai vu marcher dans la rue mais j'ai fait semblant de ne pas l'avoir vu.
En déménageant de chez moi en mai, j'ai voulu lui dire au revoir mais ne me souvenais pas dans quelle chambre il vivait exactement et je ne voulais pas l'appeler au telephone. Je ne lui ai donc pas dit aurevoir. Mais j'ai appris par le garçon qui a repris mon studio, que Richard avait tenu a récupérer mon lit.

3 comments:

Amine said...

Espérons pour lui que tu faisais pipi au lit... :-(
euh... bon ok.... "Désolé" (prononcé àa la Denisot)
Lubna avait visiblement raison. Heureusement que tu n'as pas laissé de lingerie dans ton ancien studio!

Amine said...

Le prochain post c'est sur K.?
:-)

Hicham said...

Il faut toujours être méfiant. Monsieur voulait carrément ton lit, eh ben ;-)