Tuesday, December 27, 2005

La tortuga




On peut à peine la voir en aggrandissant la photo, mais la tortue est bel et bien la tache noire sur le sable...


Sous la tente, il faisait une chaleur insupportable. Le soleil était déjà haut dans le ciel et frappait fort,en rayons verticaux. On entendait le bruit des vagues, douce musique. La nuit avait été longue et joyeuse. J'avais nagé avec les petites jusqu'à ce que la nuit tombe. Plus tard, les cheveux shampouinés de Joshnon's "qui ne pique pas les yeux", elles se racontaient et me racontaient les frayeurs de la journée avec "une vague immense" qui m'arrivait...au genou. C'est beaux, les enfants.
Les jeunes garçons musclés et bronzés étaient arrivés plus tard pour allumer le feu et nettoyer les gros poissons, barbecue du soir. Je suis toujours impressionnée par le don des jeunes Marocains à se débrouiller en plein désert sans outils. Bref, nous voilà parlant, chantant jusqu'à ce que ne subsistent des poissons que des squelettes blancs. Les petites ont succombé au grand air et à la fatigue de leur journée bien remplie.
Le matin donc, les jeunes garçons nous réveillent en sursaut. "Une tortue, une tortue!". Je ne comprends pas. Les paupières encore collées, on sort des tentes, éblouis par le soleil. A une cinquantaine de mètres, trois des jeunes garçons sont réunis autour d'une gigantesque tortue noire avec des taches blanches sur la carapace. On n'en croit pas nos yeux. On court pour la voir de près, cette créature rescapée de la préhistoire, cousine des dinosaures. Plus grande que tout ce qu'on avait vu auparavant; au moins deux mètres de long, ensablée et incapable de retourner dans l'eau. Ses pattes sont noires et portent des longues griffes. Je suis ébahie par la tortue. Les petites, en pyjama, n'ont pas peur de la toucher. Sa carapace est luisante sous le soleil. Elle a l'air d'avoir peur. Tous les hommes se mettent ensemble pour la pousser dans l'eau. Un des jeunes escalade carrément la tortue et rame alors que les autres poussent. Finalement, la voilà qui rentre progressivement dans l'eau. Les petites criaient alors que la tortue flottait lentement. Une fois arrivée à un niveau profond, le jeune homme replongea dans l'eau et fut accueilli comme un héros.
Je suis certaine que ce souvenir t'est revenu, lorsque tu plongeais aujourd'hui pour la centième fois dans les eaux turquoises de Martinique.

18 comments:

meriem said...

Pfiw au début quand j'ai lu le titre j'ai pensé à jihane, j'ai cru que t'avais été contaminée par la tortuphobie ambiante sur son blog :D
Moi j'ai jamais vu une tortue de mer, mais quand j'étais toute petite à l'école primaire la maîtresse avait deux petites tortues marines dans un aquarium dans la classe, mais elle étaient minuscules et avaient des petits rochers pour sortir de l'eau de temps en temps reprendre leur souffle. Moi je devais leur donner des petits granulés à manger qui flottaient sur l'eau. Elles avaient la belle vie, pendant que nous, pauvre écoliers, devions faire des exercices et apprendre des tables de multiplication!! C'est injuste!! safi je rejoins le mouvement tortuphobe yallah!! ga3.

Najlae said...

lol non mais c'est quoi cette animosite anti-tortues de bon matin! Voyons..les pauvres ne meritent pas tout ca.
A propos,l'annee derniere,le prof nous a colle un article a ecrire sur une conference a San Francisco pour proteger les tortues de mer. Des millions de dollars depenses chaque annee,des brochures,des gens qui pleurent,qui font la greve,se portent volontaires pendant des mois,etc. C'etait surrealiste.
Mais mon petit billet a en fait une inspiration bcp plus romantique ;)

StrangerInTheNet said...

Tu es sûre que ce n'était pas les îles Galapagos? :-)

Diw@ said...

Oh, my God! Dis moi pas que c'est pas vrai ;).

Reda said...

I love the story but i kept wondering whether it was based on true facts . were you really there and did you actually get to witness the turtles coming out of the ocean . As far as I go , the only turtles I ever saw coming out of a shell were teenage mutants back when I was twelve and I got a bunch of action heroes to play with. Never mind my ramblings . I love the style . How is it that your french is so good when you've spent a lifetime in america ?

Najlae said...

strangerinthenet> hehe it would have made more sense,mais c'etait pas ca ;)))

diwa> lkhbar f balek hehehehe ;))) un big calin pour toi

reda> it's a true story, i was there (although there was just ONE turtle). it's called a "leatherback". I didn't spend a lifetime in America,I just got here a year and a half ago,this explains that maybe..
welcome back to the blogospehere reda

Bluesman said...

سلام
مرة اخرى احييك على قدرتك الرائعة لنقل التفاصيل الدقيقة
اعتقد ان ذلك هو الفرق بين الكتابة السطحية والكتابة الدقيقة

Fays said...

Souvenir enchanteur, ça me rappelle un matin où l'on avait retrouvé un "petit" requin échoué sur la côte de Mohamedia. Les enfants étaient ébahis de voir un si grand poisson et les grands s'affairaient pour le remettre à l'eau...

A big hug for you from Casablanca (only one week to go:(), hope you're doing better sweetie :)

Najlae said...

bluesman> merciii,meme si en realite,je ne mets pas tellement de details..

fays! jallais tecrire pour te demander ou tu avais disparu! Les requins,on en a tellement vu a skhirat! et c'est bon en plus :))

je suis contente de te savoir a casa pres de ta cherie ;) enjoy every moment. a big big hug

laseine said...

La tortue écrit. me disait grand-mère. Oui elle inscrit son histoire sur sa carapace.
Nous avons tous des histoires (des textes) tatouées sur nos corps sous la peau. écrire c'est révéler ces inscriptions. Ni un crayon, ni un clavier ne suffisent. il faut s'écorcher ! Et c'est cela que tu sais si bien faire Najlae.

Sous la tente. Je t'offre ce poème dont le nom de l'auteur me reviendra.

Il court derrière les papillons
et il perd ses sandales
il disait que la fleur mensongère
est l’automne du cimetière
il avoue que la femme
est venue par le soir du fleuve
que son cafetan de boue
est tissé par les eaux en décrue

Elle est en paix la gandoura
qui flotte monstrueusement avec le vent
Ils sont indemnes
ceux qui ne vivent pas
sous le toit de leurs angoisses
la preuve
c’est que jamais un nomade
n’a été écrasé sous sa tente.

Si l’effondrement te couronne
et que ton cri sillonne les collines
ne songe plus aux choses perdues
ou nouvelles
si tu fais jaillir de tes ruines
la pierre inaugurale.

Les enfants sont venus
ils sont repartis
laissant sur la table
les noyaux d’abricots
à celui qui doit explorer
les amandes
la douceur et l’amertume.

Une fois j’ai vu ma mère
parler à un vieux
les yeux collés à ses pieds
j’ai compris que la trajectoire du respect
commence par les phalanges.

Najlae said...

laseine>
entendu aujourd'hui,a mon sujet:
"Je ne suis qu'une sirene, a la carapace fragile"

Diwa said...

Miss you a Najlae. J'espère que tout se passe comme tu veux.Hugates kkbirates.

dima said...

Najlae> je fais mien le commentaire de Bluesman...

Najlae said...

dima> lol tu vas pas t'en sortir comme ca a chaque coup mon coco!

diwa> jawebtek f le commentaire lakhor :( miss you very bzzaf :(

dima said...

najlae> qu'est ce que t'es mignone avec "mon coco" ! :) mais c'est vrai que je suis d'accord avec bluesman donc ce n'est pas la peine de répéter ;)

Diw@ said...

Iwa, je lance un conncours. Qui peut me dire sur quel plage cette tortuga a-t-elle échouée? le gagnant gagnera à savoir où elle se trouve. La vue est bcp plus belle de la falaise. Bisous Najlae et bonne journée.

Najlae said...

hihihi fdiwa ntiya be3ti ttar7 :)))
cet endroit magnifique est de plus en plus 3amer en ete.c vrai que les gens gagneraient a y aller mais ca perd son charme :( doumage

men hadchi koullou,hak 7eqqek dial les bisous mejmou3ine depuis la derniere fois que je tai vue :))))
passe une bonne journee ma puce,mouah mouah,ta3iche ma7labate al 7amama! ;)))))

Diw@ said...

:d, ça fait longtemps que je n'ai rigolé comme ça devant mon écran. Wa sahabti, je vois que personne n'a su où se trouvait LA plage. Il y a du monde mais surtout le béton qui me dérange moi. coup de gueule pour tous les décideurs de toutes les plages du monde où on ne respecte plus le sable. comme tu dis DOMMAGE.Merci pour les bisous. Hata ana tanssifat lik Wahad Al hugates dial Maghrib et des bisous avec Sawt :)). Ta3ich mahlabat Al Hamama, les oudayas, le théâtre,les mamans, le bus 8( avec 10 places), le 11 également ( meme s'il pu ever), LA R4; le chat en cours sur papier, le séchage de cours, la pause au campus, les tonik, golden, les déjeuners sur l'herbe, la salle de presse écrite ( meme glaciale et sans conne internet), les cours de Queen Latifa, les grèves, les maches de solidarité, la navette casablancaise, et bien d'autres choses ...;) BIZOUATES