Tuesday, November 15, 2005

Monologue personnel

Je traîne ma petite valise sur les trottoirs mouillés. Je traverse le petit parc à côté de la maison, prends le couloir du parlement européen. Ses escaliers sont penchés. Les voitures ne s'arrêtent pas de déposer des personnalités. Au diable le briefing de demain. Il ne se passe jamais rien les vendredis. Je hoche la tête à l'intention d'Abdel, un des bonhommes de la sécurité du Parlement, originaire d'El Jadida. Lundi, alors que je passerai le scanner du hall d'entrée, il me demandera encore où j'ai disparu le weekend. Mais pour l'instant, je suis trop pressée.
Je cours dans la plateforme à l'arrière du parlement, raccourci vers la gare Schuman. Objectif: le 17h10. Arrivée 5h50 plus tard à Strasbourg.
Je trépigne d'impatience en lisant des rapports débiles de la commission. Satané roaming...J'ai déjà la tête là-bas, le coeur là-bas.
A l'arrivée, personne ne m'attend. Normal: je n'ai dit à personne que je venais. Je prends le tram, comme une grande. Je me sens chez moi. J'ai hâte d'y être.
Il a plu. Les dalles sont mouillées mais les rues sentent bon. Elles sentent propre. Je renaîs. Je me presse. Je m'attarde. Je suis chez moi. La rue de l'Ail me sourit.

2 comments:

lambdaoui said...

j'aurai dit "la rue de l'ail me sentait venir"...et vas surtout pas croire que tu sens l'oignon :) :)

Lambdaoui...ail yeur

Diw@ said...

J'avais le meme sentiments mais moi, c'est le train de 20h50 qui me faisait quitter Strasbourg. J'arrivais jamais à dormir dans ce train mme si le trajet était long ( neuf heures). 6h00 du mat, l'arrivée à Saint-Charles, direction le vieux port, café, croissant,lever de soleil et ... au rendez-vous.Je me revois avec mon sourire béant et ma joie de retrouver mon soleil!